St Concile de Trente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

St Concile de Trente

Message par chouan le Jeu 1 Sep - 5:20

St Concile de Trente : Sess. XXIII , cap. IV .
Du caractere de l'Ordre ; de la Hiérarchie Ecclésiastique ; & du pouvoir d'ordonner.
Or parce que dans le Sacrement de l'Ordre, ainsi que dans le Baptesme, & dans la Confirmation, il s'imprime un caractere, qui ne peut estre effacé, ni osté ; c'est avec raison que le Saint Concile condamne le sentiment de ceux qui soustiennent que les Prestres du Nouveau Testament n'ont qu'une puissance bornée à un certain temps ; & qu'aprés avoir esté bien et légitimement ordonnez, ils peuvent redevenir Laïques, s'ils cessent d'éxercer le ministere de la Parole de Dieu. Que si on veut encore avancer que tous les Chrestiens, sans distinction, sont Prestres du Nouveau Testament, ou qu'ils ont tous entre eux une égale puissance spirituelle ; c'est à proprement parler, confondre la Hiérarchie Ecclésiastique, qui est comparable à une armée rangée en bataille (Cant. 6. 3.) ; comme si, contre la doctrine de Saint Paul, tous estoient Apostres, tous Prophetes, tous Evangelistes, tous Pasteurs, tous Docteurs (I. Cor. 12. 29. Ephes. 4. 11.). C'est pourquoy donc le Saint Concile déclare, qu'outre les degrez Ecclésiastiques, les Evesques qui ont succédé à la place des Apostres, appartiennent principalement à cét ordre Hiérarchique ; Qu'ils ont esté établis par le Saint Esprit, pour gouverner l'Eglise de Dieu, comme dit le mesme Apostre ; Qu'ils sont supérieurs aux Prestres ; Et qu'ils conferent le Sacrement de Confirmation ; Ordonnent les Ministres de l'Eglise ; Et qu'ils peuvent faire plusieurs autres fonctions que les autres d'un Ordre inférieur n'ont pas le pouvoir d'éxercer. Enseigne & prononce de plus le S. Concile, que pour la promotion des Evesques, des Prestres, & des autres Ordres, le consentement, & l'intervention, ou l'autorité, soit du Peuple, soit du Magistrat, ou de quelque autre Puissance Séculiere que ce soit, ne sont pas tellement nécessaires, que sans cela l'Ordination soit nulle ; Mais au contraire, il prononce, que ceux, qui n'estant choisis & établis que par le Peuple seulement, ou par quelque autre Magistrat, ou Puissance Séculiere, s'ingerent d'éxercer ces Ministeres ; & ceux qui entreprennent d'eux-mesmes témérairement de le faire, ne doivent point estre tenus pour de vrais Ministres de l'Eglise ; mais doivent tous estre regardez comme des Voleurs & des Larrons, qui ne sont point entrez par la Porte (Joan. 10. 1.). Voilà ce qu'en général le S. Concile a trouvé bon de faire entendre aux fidelles Chrestiens, touchant le Sacrement de l'Ordre ; Et pareillement il a résolu de prononcer condamnation contre tout ce qui est contraire par des Canons exprés, suivant qu'ils sont cy-aprés couchez, afin que tous avec l'assistance de Nostre Seigneur Jesus-Christ, usant de la regle de Foy, puissent plus aisément reconnoistre & conserver la vérité de la créance Catholique au milieu des ténebres d'un si grand nombre d'Erreurs.


 
- Ainsi , l’évêque est établi pour administrer et gouverner l’église catholique et demeurent chef dans la Ste l’église  Catholique !..  

 
P. Walter Devivier, s.j : l'épiscopat est établi pour l'administration de l'église , et l'évêque est chef dans l'église .


Ainsi que Pie XII :
Pie XII (Munificentissimus Deus) a écrit: 12. Et ceux que « l’Esprit-Saint a établis évêques pour gouverner l’Église de Dieu »


Catéchisme de St Pie X : § 4

Que sont les Evêques ?

Les Evêques sont les pasteurs des fidèles, établis par l’Esprit Saint pour gouverner l’Eglise de Dieu sur les sièges qui leur sont confiés, sous la dépendance du Pontife Romain.



Certes , la hiérarchie d'ordre ne suppose pas , une portion quelconque d'autorité et de commandement , elle ne forme qu'une gradation de pouvoir relatif aux fonction sacrées .
Voila en quoi consiste le dogme défini par le Concile de Trente , de la hiérarchie d'ordre .




Toutefois : Arrow


« Nous définissons la vocation sacerdotale : l’élection et l’appel d’un sujet à l’état ecclésiastique ; élection et appel tout gratuits, que Dieu fait de toute éternité et qu’Il manifeste et intime dans le temps par l’organe des ministres légitimes de l’Église. (…) ces ministres légitimes de l’Église sont ceux qui ont en main la juridiction au for extérieur ; car, évidemment, le recrutement du clergé est une fonction du for extérieur.» (Le chanoine Joseph Lahitton, La Vocation Sacerdotale, œuvre dont la recommandation du Saint-Siège est parue – privilège bien exceptionnel – dans les Acta Apostolicae Sedis, sous la date du 5 octobre 1909.) 


- Conséquemment :   bounce
 
Voici le passage entier du St Concile de Trente Sess. XXIV. cap. I ,  Réfor.. :
Sancta synodus , tot gravissimis Ecclesiae incommodis commota , non potest non commemorare , nihil magis Ecclesiae Dei esse necessarium , quàm ut beatissimus Romanus Pontifex , 
quam sollicitudinem universae Ecclesiae , ex muneris sui officio debet , eam hic potissimum impendat, ut lectissimos tantùm sibi cardinales adsciscat, et bonos maximè atque idoneos pastores singulis ecclesiis praeficiat , idque eo magis ,
quod ovium Christi sanguinem , quae ex malo negligentium et sui officio immemorum pastorum régimine peribunt ,Dominus noster J. C. de manibus ejus sit requisiturus. »

Quelques-uns pensent que ces mots , ex muneris sui officio , ne s'appliquent , dans l'intention du Concile ,qu'au soin de l'Eglise universelle , qui appartient au Pape en vertu de sa primauté , et non pas au 
droit qu'il exerce aujourd'hui , de préposer des pasteurs à toutes les églises.
Pour admettre cette distinction , il faudrait que l'obligation d'établir des évêques ne fut pas un des devoirs qu'impose au Pontife Romain son titre de pasteur universel ; or , le Concile dit formellement le contraire
,
quam sollicitudinem universae Ecclesiae...... polissimùm impendat ut. . . . bonos maximè et idoneos pastores singulis ecclesiis praeficiat.

En donnant des pasteurs aux églises . il ne fait donc que remplir une des fonctions attachées à sa dignité , ex muneris sui officio. S'il n'en était pas ainsi , si le droit de confier à chaque évêque un troupeau 
particulier , ne lui appartenait pas essentiellement , comment J. C. pourrait-il lui demander compte de la mauvaise administration des pasteurs négligents ?
On fait de droit divin tout ce qu'on fait en vertu d'un titre que l'on possède de droit divin.


 - Ainsi , l’encyclique de S.S Pie XII devenant plus claire ,  Ad Apostolorum Principis Pie XII  et écrit 
Une consécration ainsi conférée - contre tout droit - et qui est un très grave attentat à l’unité même de l’Église, est punie d’une excommunication « réservée d’une manière très spéciale au Saint-Siège, et encourue ipso facto non seulement par celui qui reçoit cette consécration arbitraire mais aussi par celui qui la confère. 13 »




La tradouille renverse la puissance des Evêques en attaquant la constitution de l'Église. Car , la puissance des Évêques tient essentiellement à la constitution de l'Église ; la maxime est incontestable : or la constitution de l'Église tient essentiellement à la juridiction du S. Siège, sans laquelle il n'y aurait plus d'unité. Cette dernière proposition a été démontrée : donc la puissance des Évêques , tient essentiellement à la juridiction des Papes : donc , en attaquant la juridiction du Pape, on tend à détruire la puissance des Évêques .


La tradouille détruit cette puissance en détruisant l'unité.!..
L'épiscopat tire sa force de l'unité ; car au : moyen de cette unité, l'Évêque agit par le ministère · des prêtres qui lui font subordonnés, & se trouve soutenu lui-même avec ses ministres par la force de tout  le corps épiscopal , dans la personne du chef de L'Église auquel il est uni. Que les ministres inférieurs sortent de la subordination où ils doivent être, ils perdent dès  lors l'autorité qui résulte du concours de [size=16][size=18]l' Évêque avec ses coopérateurs : de même, que l'Évêque se soustraie à la juridiction du Pape, il n'est plus alors qu'un pasteur isolé; & ayant perdu la force qu'il avait , de son unité avec le corps épiscopal, son autorité cesse, & cette ombre de puissance qui lui reste encore, sera bientôt subjuguée, asservie, anéantie. J'en atteste l'état actuel des Evêques schismatiques  Orthodoxes .[/size][/size]



Pie XII (Ad Sinarum gentem 7 octobre 1954)
9. « Le pouvoir de juridiction, qui est conféré directement au souverain Pontife par le droit divin, les évêques le reçoivent du même droit mais seulement à travers le Successeur de saint Pierre, vis-à-vis duquel non seulement les fidèles mais tous les évêques sont tenus à l’obéissance respectueuse et au lien de l’unité. »



La tradouille détruit cette puissance épiscopale , en confondant les juridictions.
pour égaler les Evêques à leur chef, enseignes que malgré la division des diocèses, les Évêques dans le cas de nécessité ou d'utilité manifeste peuvent exercer sur leurs Églises respectives la même juridiction qu'ils exercent dans leurs propres diocèses. Ainsi chaque Évêque étant le juge de la nécessité ou de l'utilité, par rapport aux abus qu'il y aura à corriger dans les autres diocèses, pourra, lorsqu'il le trouvera bon, y exercer toutes les fonctions de l'épiscopat ;sur-tout si les schismes ou les hérésies les divisent, ou si des intérêts opposés y.forment , des partis. On détruit donc l'autorité épiscopale tien voulant égaler les Evêques à leur chef  !..



- Les Pères affirment la meme doctrine :    Basketball

Innocent I er écrivoit aux évêques d'Afrique . Vous n'ignorez pas ce qui est dû au siège apostolique, d'où découle l'épiscopat et toute son autorité... 
Quand on agite des questions sur la foi, je pense que nos frères et coévéques, ne doivent en référer qu'à Pierre, c'est-à-dire à l'auteur de leur nom et de leur dignité »
Innocent I , ad con .Carth. n°1 , inter Espist . rom . Pont . edit . D. Constant Col. 388


Saint Léon, fidèle dépositaire des mêmes maximes, déclare que tous les dons de Jésus Christ ne sont parvenus aux évêques que par Pierre ..... afin que de lui comme du chef , les dons divins se répandissent dans tout le corps
. St. Leo.,serm. IV , in ann . assumpt .Oper . édit. Ballerini , tom. II , col. 16 .


 
- il en résultent de droit et de fait :  Arrow
 
St Concile de Trente Sess . XXIII ,  Can. V I I I.
S I QUELQU'UN dit, que les Evesques, qui sont choisis par l'autorité du Pape, ne sont pas vrais & légitimes Evêques, mais que c'est une invention humaine : Qu'il soit Anathême.


 
Qui oserait dire que l'ordre de transmission légitime de l'autorité qui lie et délie , qui ouvre et ferme les portes du ciel, ait été laissé douteux , en sorte que l'Eglise reposant sur le ministère , comme à son tour le ministère repose sur la mission
, on ne sache néanmoins avec certitude , ni qui la doit recevoir , ni qui la peut donner ? Certes, c'est là aussi une opinion trop monstrueuse pour qu'elle trouve jamais des défenseurs. Il faut donc avouer qu'aucun point de doctrine ne
doit être plus certain , ni mieux connu, que celui par lequel on peut s'assurer de la légitimité des premiers pasteurs. Plus certain , pour que l'existence de l'Eglise même soit certaine. Mieux connu, afin que dans tous les temps et a tous
les momens chaque chrétien puisse dire avec une pleine confiance et' une inébranlable fermeté : Je crois l'Eglise. Maintenant qu'on nous réponde . Croit-on qu'un dogme si essentiel ait été ignoré de l'antiquité ? Non, sans doute, car nous ne pouvons nous-mêmes l'apprendre que d'elle son symbole est notre symbole ; sa foi est la règle de notre foi . Donc il faut , ou soutenir que Tertullien , saint Cyprien , saint Optât de Milève , saint Augustin , saint Ephrem , saint Grégoire de Nysse , saint Innocent , saint Léon , pour ne parler ici que de ces Pères, ont non-seulement ignoré un dogme essentiel de la loi catholique , universellement connu de leur temps , mais qu'ils l'ont entièrement
renversé, sans qu'une seule voix ait pris sa défense ou convenir que la juridiction a été donnée par Jésus-Christ à Pierre seul , pour la communiquer aux autres Evêques. D'où il s'ensuivra nécessairement qu'à moins que Jésus -Christ ne parle de rechef pour établir un nouvel ordre, tout pasteur non institué par Pierre, ou de son consentement , est sans mission, sans autorité , un aveugle qui conduit d'autres aveugles, et tombe avec eux dans la même fosse.!..
 
qu'a la vérité , selon l'ancienne discipline et le quatrième canon de Nicée , l'institution des métropolitains était nécessaire pour que l'évêque élu fût véritablement évêque ;
mais que ce privilège des métropolitains n'était qu'une émanation des droits du Siège apostolique qui en jouit seul depuis plusieurs siècles une nouvelle discipline consacrée par les conciles -généraux et par les concordats lui ayant
spécialement réservé le pouvoir de conférer la juridiction i qu'ainsi ce pouvoir ne peut plus , en aucune façon , appartenir aux métropolitains ; qu'il est retourné à la source d'où il était parti , et réside uniquement dans le Saint-Siège , en sorte qu'aujourd'hui, pour nous servir des propres paroles du Concile de Trente , le Pontife romain , en vertu de sa charge , prépose des pasteurs aux églises d'où il suit que, dans l'Eglise catholique , il n'y a de consécration légitime que celle qui est autorisée par un mandat apostolique.


C'est pourquoi Innocent IV , in cap.4,extr,de translat.Episcop. Dit , que le lien spirituel du mariage qui se contracte entre l'Evêques et son église,est préparé par l'élection,accordé par la confirmation,& conformé par la consécration .
 

De là l'institution des Métropolitains, qui ne sont, à proprement parler , que des Vicaires du Saint Siège. C'est donc fort inutilement qu'on nous objecte que les Métropolitains instituaient anciennement. Ils instituaient; qui en doute? mais par l'autorité du Pape qui leur en avait conféré le droit et qui les avait établis ,dit saint Léon , pour attacher plus fortement les Églises particulières à l'Église mère. Outre le devoir de propager la foi , le schismes, l'hérésie sont encore pour les Evéques un motif légitime d'étendre leur sollicitude au delà de leur diocèse ; mais toujours, dit le P. Alexandre , en évitant soigneusement de porter atteinte à la puissance divine du Pontife romain , à qui spécialement il appartient de secourir l'Eglise universelle dans les périls qui la menacent.
De plus, la nécessité ne donne point un droit radical , elle est seulement le motif qui porte à user d'un droit qu'on possède .


R.v. P. Chas. Augustine, A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t.4., p. 415
Citation :

Auparavant, d'après les Décretales, le métropolitain avait le droit de consacrer des évêques suffrageants. Toutefois, ce droit était purement historique et ne pouvait causer aucun préjudice au droit universel du Pontife romain, qui à tout moment pouvait, sans usurpation, restraindre ou retirer cette faculté des métropolitains ...



- Conclusion :    Saint Cyprien a écrit:

"Que personne ne trompe ses frères par le mensonge ; que personne ne corrompe la vérité de la foi par une prévarication perfide. Il n'y a qu'un Épiscopat, un seul, dont chaque évêque possède une partie solidairement ; il n'y a de même qu'une Église...
Saint Cyprien, De unit. Eccl. cité dans Le grand catéchisme de Canisius, tome premier, p. 96.



Pour la tradouille ,  la mission n'est qu'une forme indifférente que le premier venu peut remplir au gré et sur l'ordre d'entrepreneur particulier ( boutiquier FSSPX , IBMC  ect..  ) !..
Les Parochistes dissent , L'Église donnera les clefs aux pasteurs. Mais qui les donnera à l'Église elle-même ? Les mêmes Pères nous l'apprennent , 
 « Jésus-Christ a donné les clefs à Pierre , et par lui à l'Église. »On n'avance donc rien en recourant à l'Église ,si on ne présuppose le consentement de Pierre .!..
En gros, ces crétins nient un dogme fondamental : l'Église est société spirituelle mais aussi Juridique !..   Laughing    ( CMI )  cheers

Si saint Augustin disait aux hérétiques de son temps , Rome a parlé , la cause est finie, à combien plus forte raison pouvons-nous dire aux schismatiques & hérétiques de notre siècle, Rome , les conciles , les évêques, les docteurs ont parlé, vous êtes condamnés sans retour , et la cause est finie !..


Dernière édition par chouan le Dim 18 Sep - 7:51, édité 17 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Sam 3 Sep - 13:25

C'est un dogme catholique que la discipline universelle ne peut être changée que par la même autorité qui l'a établie, c'est-à-dire, par celle
de l'Eglise ; c'est un oracle prononcé par les Conciles de Trente (sess. XXI, c. 2) et de Constance (sess. XIII). Habenda est pro lege quam non licet reprobare, aut sine Ecclesiœ auctoritate mutare.
 
Les Lefebvro-sédévacs &.. n’ont qu'une  idée fixe ,  le sacerdoce valide , point grave si cela est illicite et sacrilège !..  ( comme les schismatiques Gréco-Russes ou les vieux- catholiques &... ) 



14. « On voit ainsi la gravité de l’erreur des polémistes qui réduisent toute question de la succession apostolique à celle de la validité des ordres. » (Le cardinal Billot, De Ecclesia¸ de Ordine, q. ix, p. 345.)




DES CURÉS ET DE LEURS DROITS DANS L'ÉGLISE, D'APRES LES MONUMENTS DE LA TRADITION. Par M. l'Abbé A. SIONNET 1845
Maintenant, je dis : Au IV siècle, un prêtre ne pouvait, par sa propre autorité, dire la messe, ni rassembler le peuple, ni faire aucune autre fonction du ministère. Si donc l'on veut dire que le curé fasse ces choses, non pour l'évêque, mais de son autorité privée, il faut prétendre, ou que l'Église des premiers siècles s'est trompée, ce qui est une hérésie, ou qu'il est venu depuis une révélation qui a donné les prétendus droits, ce qui est une autre erreur. 

Mais , que vaut un corps sans âme ? C'est un cadavre infect, inutile et nuisible !..
Le Concile d'Arras, en 1025, emploie cette similitude : Sicut mente corpus regitur, ita et per episcopos Ecclesia regitur.

Le proprius sacerdos est l'évêque , selon toute l'antiquité; il administrait d'abord tous les sacrements.
Quand il a dû, par la suite, se faire aider par des prêtres, nul homme sensé ne pourra dire que le prêtre soit devenu par là proprius sacerdos !..



Ecoutons maintenant l'archevêque de Lyon , M. de Marbceuf.
« C'est un dogme catholique que , pour être pasteur légitime, il faut avoir une mission canonique , et que c'est le Souverain Pontife seul à qui , comme ayant la primauté de juridiction de droit divin , il appartient de donner l'institution et la confirmation canonique aux archevêques et évêques ; d'où il suit que tout prélat qui prendroit sa mission d'ailleurs , ne pourroit être qu'intrus . »




15. « Le pouvoir d’ordre, séparé des principes qui rendent légitime son exercice, est dans le même état que chez les sectes des hérétiques et des schismatiques. » (Le cardinal Billot, De Ecclesia¸ de Ordine, q. ix, p. 434.)



Ainsi , la tradouille prétendent atteindre un but , sans prendre le chemin qui y conduit; entreprendre de les concilier , serait l'action d'un insensé , qui croirait pouvoir arriver à un terme par des routes directement opposées !.. scratch


Dernière édition par chouan le Sam 10 Sep - 12:52, édité 8 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Sam 3 Sep - 17:06

il faut un fondement divin et infaillible , une autorité qui vienne de Jésus-Christ, cette autorité réside en Pierre, et dans les éveques avec Pierre, parce qu'eux seuls l'ont reçue du Sauveur, et, en conséquence, sans les évêques, sans leur autorisation, les prêtres ne peuvent absolument rien faire de tout ce qui regarde le régime et les fonctions de l'Église. Ce qu'on dit de l'Église universelle, il faut le dire du gouvernement particulier de chaque diocèse.


Dernière édition par chouan le Jeu 30 Mar - 11:44, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Lun 12 Sep - 2:02

Pour les personnes qui ont du temps a perdre !..
Le boss de la SARL IBMC nous causent des " sacres " sacrilèges schismatiques de dépravés de la tradouille  en date de 1997.
Bien évidement , c'est le fait de faire tourner sa boutique qui le guide plus que la Foi Catholique !..

Tout les bons sophismes sont là ! 
L'épikie au for externe dixit le druide Ricossa ect..



 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/01/Abb-Ricossa-SACRE.pdf    clown




ébauche furtive et rappel de la Ste Doctrine Catholique au druide de basse-cour de l'IBMC ci-dessous :  Arrow

On connaît la très intéressante réponse de la Commission cardinalice spécialement instituée en juin 1912 pour examiner la doctrine de la vocation sacerdotale. Elle fait consister uniquement dans l'appel de l'Église, par l'Évêque, l'élément formel de la vocation sacerdotale. (Lettre de la Secrétairerie d'État à l'Évêque d'Aire, 1er juillet 1912.)


La commission cardinalice mise en place par le pape Pie X a publié les résultats de son étude le 2 juillet 1912, sous la forme d’une lettre adressée par le cardinal Merry del Val, Secrétaire d’Etat, à Mgr de Cormont, évêque d’Aire et Dax 46. Plusieurs points sont clairement établis. Tout d’abord, personne n’a droit à l’ordination avant l’appel de l’évêque !.. Razz







Opus praestantis Viri, Josephi Canonici LAHITTQN,

cui titulus " LA VOCATION SACERDOTALE ",

nullo modo reprobandum esse ;


 


imo, qua parte adstruit :



1°) Neminem habere unquam jus ullum ad ordinationem antecedenter ad libéram electionem Episcopi.
2°) Conditionem, quæ ex parte Ordinandi débet attendi, quæque Vocatio sacerdotalis appellatur, nequaquam consistere, saltem necessario et de lege ordinaria, in interna qaudam adspiratione subjecti seu invitamentis Spiritus Sancti, ad sacerdotium ineundum.
3°) Sed econtra, nihil plus in Ordinando, ut rite vocetur ab Episcopo, requiri quam rectam intentionem simul cum idoneitate in iis gratiæ et naturæ dotibus reposita, et per eam vitæ probitatem ac doctrinæ sufficientiam comprobata, quæ spem fundatam faciant fore ut sacerdotii munera recte obire ejusdemque obligationes sancte servare queat :
esse egregie laudandum (1).
R. Gard. MERRY DEL VAL.    (Acta Apostolicœ Sedis, 15 juillet 1912).




(Lettre encyclique "Mirari vos", Grégoire XVI)
qu'ils (les prêtres) n'oublient jamais qu'il leur est défendu, même par les anciens Canons, de rien faire dans le ministère qui leur a été confié, et de prendre sur eux la charge d'enseigner et de prêcher, " sans l'approbation de l'évêque, à qui le soin des fidèles a été remis et qui rendra compte de leurs âmes. " (Ex can. Ap. XXXVIII, apud Labb. tom. I, pag. 38, edit. Mansi) Qu'on tienne enfin pour une vérité certaine et incontestable, que tous ceux qui cherchent à troubler en quoi que ce soit cet ordre ainsi établi, ébranlent autant qu'il est en eux la constitution de l'Église study


Dernière édition par chouan le Mar 4 Oct - 8:22, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Sam 17 Sep - 17:34

THÉOLOGIE DOGMATIQUE. TOME I. - THEOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET, 1853

Page 717 écrit :

Pour ce qui regarde les évêques, il est de foi que ceux qui ont été institués par l'autorité du pontife romain sont de vrais et légitimes évêques, ainsi que l'a décidé le concile de Trente (2). Suivant le même concile, un des principaux devoirs du pape, dont la sollicitude s'étend sur l'Église universelle, est de donner à chaque Église des pasteurs vraiment dignes et capables, sous peine de voir retomber sur lui le sang des ouailles qui périraient par la négligence de ceux qu'il aurait établis (3). 


Car il n'a été donné qu'au souverain pontife d'exercer cette juridiction sur tous les autres évêques en les appelant, en les choisissant, les déposant, les envoyant; en sorte que nul n'est choisi ni envoyé de Dieu que par ce même pontife, comme Polus le fait voir par d'incontestables exemples. 


Page 719 :

Saint Cyprien avait dit, avant saint Grégoire et saint Optat, que Notre-Seigneur, voulant constituer son Église, a donné à Pierre les clefs du royaume des cieux , et que c'est de là que découle l'ordination des évêques et la forme de l'Église, unde episcoporum ordinatio et Ecclesiœ ratio decurrit 


Le pape Innocent Ier dit que l'épiscopat avec toute son autorité découle de l'apôtre saint Pierre : a quo ipse episcopatus et tota auctoritas nominis hujus emersit (4); que, quand il s'agit de matières qui intéressent la foi , les évêques ne doivent en référer qu'à Pierre , l'auteur de leur nom et de leur dignité : ad Petrum sui nominis et honoris auctorem (6) ; que c'est par Pierre que l'apostolat et l'épiscopat ont pris leur commencement en Jésus-Christ : per Petrum et apostolatus et episcopatus in Christo cœpit exordium (6)

Saint Césaire d'Arles écrivait au pape Symmaque que l'épiscopat prend son origine dans la personne de l'apôtre saint Pierre : a persona beali Petri aposloli episcopatus sumit initium (9).
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Mar 20 Sep - 16:31

SA DIVINE CONSTITUTION Par Dom A. Gréa : a lire principalement la page 209 a 231 , des passages qui sont pris ( hors contexte du chapitre en question  ) par les édition St Rémi dans leur brochure pour justifier les multiples  " sacres " sacrilèges  affraid


https://archive.org/stream/delgliseetdesa00gr#page/n257/mode/2up    study


Dernière édition par chouan le Lun 26 Sep - 18:17, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Mer 21 Sep - 11:54

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE, PAR L'ABBÉ BERGIER. ENRICHIE  DE NOTES EXTRAITES DES PLUS CÉLÈBRES APOLOGISTES DE LA RELIGION . PAR MGR. GOUSSET, Archevêque de Reims : AUGMENTÉE D'ARTICLES NOUVEAUX, PAR Mgr. DONEY, ÊVÊQUE. DE MONTAUBAN; ET PRÉCÉDÉE DU PLAN DE THÉOLOGIE,  TOME PREMIER. 1870  Page 504


Si , dans le cours des siècles , il s'est rencontré quelque homme assez téméraire pour entreprendre de faire une ordination d'évêques, sans avoir reçu lui-même des successeurs des apôtres le caractère épiscopal , cette ordination a été non-seulement illégitime, mais encore invalide.
Un tel épiscopat, n'étant pas le même qu'avoient les apôtres, n'est pas apostolique , il est nul.      
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Ven 23 Sep - 12:53

EXPLICATION HISTORIQUE, DOGMATIQUE ET MORALE DE TOUTE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE ET CATHOLIQUE CONTENUE DANS LE CATÉCHISME DE L'ANCIEN  DIOCESE DE GENÈVE 1843 -  Tome Quatrième -  PAR M. L’ABBÉ DU CLOT  : Page 47

Enfin , dit le Concile de Trente , pour venir à des temps plus modernes( Sess. ‘23. cap. 4.) tous ceux que l’Eglise n’a point envoyés , qui n’ont été appelés, institués que par le peuple , par les magistrats , par la puissance ,séculière, ne doivent point être regardés comme ministres de l’Eglise , mais comme des voleurs et des larrons qui ne sont point entrés par la porte. Considérez d’un autre côté quel est le malheur des peuples qui écoutent ces faux pasteurs qui n’ont reçu de l’Église ni mission ni juridiction. D’abord on ne peut les reconnaître ni les suivre comme pasteurs , sans se rendre coupable de leur schisme , sans y participer , et sans se séparer par là même de l’Église catholique : a Car dit saint Cyprien (De unitat. Eccles. ) c’est en vain que celui i, l « qui n’est pas avec son légitime évêque , se flatte d’être encore  dans le sein de l’Eglise. »

Il est inutile après cela de vous répéter que ceux qui adhèrent au schisme en reconnaissant de faux pasteurs , des intrus , ne reçoivent point le pardon de leurs péchés lorsqu’ils se font administrer par eux le sacrement de pénitence, puisqu’il est de foi que les absolutions de ces faux pasteurs sont nulles. Il en est de même des mariages qu’ils bénissent; ils sont nuls et invalides, parce qu’ils doivent être contractés en présence du propre pasteur, ou d’un ministre délégué par ce propre pasteur. '
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Ven 23 Sep - 13:34

DU SACREMENT DE L’ORDRE.   Page 103'

1° Il faut être appelé de Dieu pour entrer dans l’état ecclésiastique :c’est à lui qu’il appartient de choisir ses ministres. Jésus-Christ choisit ses apôtres : Il appela a lui ( Marc. 3. v. 13. ) ceux qu’il voulut. Il leur déclara que ce choix était venu , non de leur volonté , mais de la sienne. (Joan. ‘15. v. 16. ) L’apôtre saint Paul se dit (Rom. 1. v. 1.) appelé par la volonté de Dieu , pour être apôtre de Jésus-Christ. En écrivant aux Hébreux , il leur dit ( Hebr. 5. v. 4. ) : Que personne ne doit s’attribuer cet honneur, mais qu’il faut y être appelé de Dieu comme Aaron ; que Jésus—Christ ne s’est point élevé lui-même a la glorieuse qualité de pontife , mais qu’il y a été élevé par celui qui lui a dit : Vous êtes mon fils , je vous ai engendré aujourd’hui. C’est pourquoi quand les apôtres voulurent remplir la place de Judas , ils se mirent en prières pour savoir du Seigneur celui qu’il avait choisi. Rien de plus injurieux à Dieu que d’entrer dans son sacré ministère sans son choix , rien de si dangereux pour l’Eglise que des ministres qui s’appellent et se placent eux-mêmes ; ils doivent s’attendre à un sort terrible. Qui sera donc l’homme assez téméraire pour choisir de lui-même le sacerdoce pour son enfant , ou pour vouloir être prêtre sans l’agrément'et l’ordre de Dieu ? Le Seigneur , dit saint Ephrem dans son discours de la dignité du sacerdoce , ne peut soffrir les ministres qui se sont donnés à lui sans le consulter. Il n’est permis qu’à ceux  que le Seigneur a élus ( Num. 16. v. 5. ) pour gouverner son peuple et pour exercer les fonctions de son sacerdoce , d’approcher de lui. '. Pour s’acquitter dignement des fonctions saintes , il faut une grâce particulière et une grâce abondante ; c’est pourquoi Notre Seigneur , donnant à ses apôtres le pouvoir de leurs fonctions , leur donna premièrement le Saint-Esprit : or , comment oser espérer de Dieu les grâces nécessaires dans cet état si on n’y a pas été appelé ?  N’est-ce pas à Dieu seul qu’il appartient de donner les différentes places de son royaume , d’établir les uns apôtres , les autres prophètes , les autres évangélistes , les autres pasteurs , les autres docteurs.... pour que le ministère soit rempli , et que le corps de Jésus—Christ soit édifié P ( Eph. 4. v. 11. ) Corps mystique de Jésus—Christ , dont tous les membres n’ont pas la même fonction , où chacun de nous a sa place marquée , selon la grâce qu’il a reçue ; il est donc important pour nous de veiller à connaître et a suivre cette disposition de la sagesse divine , de peur que nous ingérant , à l’aveugle et contre ses vues , dans d’autres emplois que ceux qu’elle nous destine , mous ne causions quelque dommage au corps mystique de Jésus-Christ ,- et ne troublions l’harmonie qui doit régner parmi tous ses membres.


L'ensemble de la hiérarchie divine et ecclésiastique nous est représenté par le psalmiste , siégeant à côté , du divin pasteur, avec une autorité de reine , dans son vêtement de gloire , brillant de différentes couleurs : Astitit regina a dextris tuis in vestitu deaurato ,circumdata varietate (Ps. 44). Elle est , suivant Clément d'Alexandrie (1) et saint Denis (2) Limage de la hiérarchie angélique. Les hérétiques ne surent que bouleverser et dénaturer cette sainte hiérarchie. Les novateurs de nos jours tendent au même but, et les catholiques faibles qui se laissent illusionner par des opinions que repousse le pasteur suprême , leur prêtent la main sans s'en douter, et sans faire attention qu'on ne peut attenter à sa constitution sans amener le schisme , et à sa suite l'hérésie.
La constitution hiérarchique, base de toute sa discipline , est aussi importante que le dogme.
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Dim 25 Sep - 7:20

LES ACTES DE LA PROVINCE ECCLÉSIASTIQUE DE REIMS ou CANONS ET DÉCRETS DES CONCILES, CONSTITUTIONS, STATUTS, ET LETTRES DES ÉVÊQUES DES DIFFÉRENTS DIOCÈSES QUI DÉPENDENT OU QUI DÉPENDAIENT AUTREFOIS DE LA MÉTROPOLE DE REINS. PUBLIÉS PAR Mgr TH. GOUSSET, Archevêque de Reims, primat de la Gaule Belgique, etc.. TOME QUATRIEME.  1844


Page 878 :


VIII. Il est une discipline qu'on peut appeler générale : ce sont les institutions qui sont partout, dont on ne commaît pas l'origine, qu'on regarde dès-lors comme apostoliques ; et celles qui sont établies par un consentement général, on par des canons des conciles généraux reçus de toutes les églises. C'est une discipline qui doit être regardée comme inviolable : elle est un des plus forts liens de l'unité catholique. L'Eglise universelle peut seule y faire des changemens (1). 



'S'il n'y a que l'Eglise universelle qui puisse faire des changements dans la discipline, comment les constitutionnels se sont-il soumis aux changements opérés par la seule puissance séculière? Comment eux-mêmes ont-ils pu se permettre de détruire ce que l'Eglise avait établi dans le Concile de Trente sur le mariage, l'institution des éveques, etc.? Il est faux d'ailleurs qu'il soit besoin de l'Eglise universelle pour changer quelque point de discipline : le pape , qui résume en sa personne tous les pouvoirs de l'Eglise, peut changer ce que les conciles mêmes ont établi. Le concile de Bâle, que les constitutionnels aimaient à citer, dit en termes formels : Per concilium statuta in nulle derogant suoe potestati , quin pro tempore , loco , causisque et personis , utilitate vel necessitate suadente , moderari , dispensareque possit , atque uti summi principis epikeia , quoe ub co auferri nequit .
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Lun 26 Sep - 10:21

SS GREGORIUS XVI  Mirari Vos - LETTRE ENCYCLIQUE DE N. S. P. LE PAPE GRÉGOIRE XVI
À tous les Patriarches, Primats, Archevêques et Évêques VÉNÉRABLES FRÈRES 1832



   Basketball
Mais que les auteurs de semblables manœuvres sachent et retiennent qu’au seul Pontife Romain, d’après le témoignage de saint Léon « a été confié la dispensation des Canons », que lui seul, et non pas un simple particulier, a le pouvoir de prononcer « sur les règles sanctionnées par les Pères », et qu’ainsi, comme le dit saint Gélase, « c’est à lui de balancer entre eux les divers décrets des Canons, et de limiter les ordonnances de ses prédécesseurs, de manière à relâcher quelque chose de leur rigueur et à les modifier après mûr examen, selon que le demande la nécessité des temps, pour les nouveaux besoins des églises » (S. Gelasius PP. in Ep. ad Episcop. Lucaniæ).

Car ,

Qui de droit divin peut rendre un jugement d'équité dans une situation particulière ?

R.Naz,Traité de Droit CANONIQUE. t.IV, Livre.IV. p.18. écrit :
III. Organe du pouvoir Judiciaire de l'Église.
24. Organe de droit divin. - De droit divin possèdent le pouvoir judiciaire dans l'Église :
1) dans l'Église entière : le Souverain Pontife ( can.218,§1 , 1569,§1 ) , Le Concile œcuménique ( can. 228§1 ).
2) Dans leur diocèse : les évêques ( can.329§1 , 335§1) .


Concernent les autres organes de pouvoir Judiciaire , ils ne sont que de droit ecclésiastique ... 
Comme les Métropolitains , les pro-préfet apostoliques , la S. Rote romaine , S. Congrégation du S. Office  , les abbés et les prélats nullius, les administrateurs apostoliques nommés à titre 


Dernière édition par chouan le Jeu 4 Mai - 11:49, édité 2 fois
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Mar 25 Avr - 14:37

THÉOLOGIE MORALE A L'USAGE DES CURÉS ET DES CONFESSEURS, PAR Mgr THOMAS M. J. GOUSSET, ARCHEVÊQUE DE REIMS , LÉGAT-né DU SAINT-Siège, PRIMAT DE LA GAULE BELGIQUE, ETC. 1845

TOME I . CHAPITRE III.  p.52   Des lois ecclésiastiques .

126. le Pape étant le chef de l'église universelle, peut porter des lois obligatoires pour tous les chrétiens .
Pierre est chargé de paitre les agneaux et les brebis,c'est-a-dire les fidèles et les éveques .
C'est à pierre, à Pierre seul et à ses successeurs, que le sauveur a confié les clefs qui sont le symbole du pouvoir monarchique et souverain.
Ainsi,suivant le Concile de Florance,le pontife romain étend sa primauté sur tout l'univers,et,en sa qualité de successeur de pierre,il a reçu de Jésus-Christ le plein pouvoir de paitre,de régir et de gouverner l'église universelle 
.
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Mer 3 Mai - 10:07

R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. I, col. 687. a écrit
C'est en effet un autre article de la croyance Catholique que l'église doit subsister jusqu'à la fin des temps dans la forme même ou elle fut établie.

Comment fut t'elle établie dans le pouvoir ecclésiastique ?   

R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. I, col. 692. a écrit
Mais le pouvoir ecclésiastique ordinaire s'est transmis,et dans la forme même ou il avait été établi, c'est-à-dire avec Pierre pour chef,c'est de ce pouvoir,et c'est dans cette forme,que l'église continue de subsister.

Basketball

R.P. Goupil, La Règle de la Foi, p.24 a écrit:
[L]es Apôtres qui ont reçu la charge et le pouvoir d’enseigner, les ont transmis à leurs légitime successeurs, qui font avec eux une même personne juridique.


Mais si l'apostolicité de la doctrine est nécessaire à la vraie société des fidèles , celle du ministère ne lui est pas moins essentielle.
Car Sinon , comment croire que celui qui a dit : Je vous envoie comme mon père m'a envoyé , ait voulu établir cette création de pasteurs indépendant les uns des autres ,

qui ne feraient de leur mission qu'un jeu, du ministère qu'un vil trafic, et de la société chrétienne qu'un monstre indéfinissable !? 
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Ven 26 Mai - 15:45

Mgr Charles-Joseph Hefele - Histoire des Conciles d'après les documents originaux, Tome III, Première partie (Paris, Letouzey et Ané, 1909), p. 262 a écrit:
Premier concile de Reims, v. 624-625.

12. Aucun clerc ne doit voyager sans des lettres de recommandation de son évêque ; sinon, on ne doit le recevoir nulle part.

https://archive.org/stream/p1histoiredescon03hefe#page/262/mode/2up


Arrow

Mgr Charles-Joseph Hefele - Histoire des Conciles d'après les documents originaux, Tome IV, Première partie (Paris, Letouzey et Ané, 1911), p. 441 a écrit:
Résumé des cent six Responsa ad consulta Bulgarorum.

105. Vous ne devez pas écouter des prédicateurs sans mission.

https://archive.org/stream/p1histoiredescon04hefe#page/440/mode/2up






2. L'Histoire des Conciles, par le Dr Héfélé, est un ouvrage extrêmement remarquable, sur lequel nous avons publié autrefois une étude complète (t. III, p. 417 ss.) et dont plusieurs fois depuis nous avons entretenu nos lecteurs. M. l'abbé Goschler avait entrepris de le traduire en français : un autre ecclésiastique très-versé dans la langue allemande, M. Delarc, a repris cette tâche, qui ne pouvait rester inachevée, après la mort du premier traducteur. Nous espérons que le clergé français fera le meilleur accueil à celle œuvre si capitale pour l'élude du dogme, de la morale, de la discipline et de l'histoire de l'Église. L'Histoire des Conciles formera 10 forts volumes in-8° (6 fr. pour les souscripteurs. Paris, A. Leclère).

REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES - 1868 - p. 383 : https://archive.org/stream/revuedessciences1868arrauoft#page/382/mode/2up
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par chouan le Jeu 1 Juin - 15:21

Dict. de THÉOLOGIE MORALE 1861. Par l’Abbé B. Philip . Chanoine Titulaire et vicaire général honoraire de PAMIERS et de PERPIGNAN .TOLBA ET HATON , Librairie éditeur .
Bref de N S.P Le Pape Pie IX, le 14 Septembre 1857 . Approbation de Mgr l’évêque de PERPIGNAN le 6 novembre 1857.
De Mgr l’évêque de PAMIERS le 17 octobre 1857. Lettre de Mgr l’évêque de NIMES le 23 décembre 1857.
La Loi.p.356 écrit :
 
Il est de foi que les hommes baptisés ne sont pas libres de tous les préceptes de l’église,et qu’il n’est pas nécessaire,
pour qu’ils soient obligés à les observer,qu’ils s’y soient soumis volontairement. ( St Concile de Trente,sess VII,Can. VIII )
avatar
chouan

Messages : 118
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: St Concile de Trente

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum