À propos des évêques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

À propos des évêques

Message par Carolus.Magnus.Imperator. le Jeu 21 Avr - 22:37

Ernest Savignac, p.s.s., Manuel d'Apologétique, p.174 a écrit:

Dira-t-on que les chefs du Protestantisme ont reçu de Dieu lui-même la mission de réformer l'Eglise du Christ ? Il ne suffit pas de le dire, il faut le prouver. Jésus-Christ lui-même a cru devoir multiplier les miracles afin de manifester à tous la divinité de sa mission. Les réformateurs auraient dû faire de même. Comme il ne l'ont pas fait, nous sommes en droit de leur appliquer l'argument de saint Cyprien, parlant de l'évêque hérétique Novatien : "Ce Novatien qui dogmatise, n'est ni membre de l'Eglise, ni évêque, parce que, méprisant la tradition évangélique et apostolique, il ne succède à personne et est né de lui-même".

Comment un évêque peut-il ne pas être évêque !?

Tentative de réponse : l'évêque, au sens stricte, est l'évêque résidentiel, c'est-à-dire celui ayant une juridiction sur un territoire et une mission canonique. L'évêque, au sens large, désigne l'individu ayant le sacre épiscopal.

Et donc : nous sommes en droit de leur appliquer l'argument de saint Cyprien, parlant de l'évêque [au sens large] hérétique Novatien : "Ce Novatien qui dogmatise, n'est ni membre de l'Eglise, ni évêque [au sens stricte], parce que, méprisant la tradition évangélique et apostolique, il ne succède à personne et est né de lui-même.


D'où l'affirmation de Jombart :

É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, p.131 a écrit:

Evêques titulaires. - L'expression pourrait faire illusion. Puisqu'on appelle chanoines titulaires ceux qui sont pleinement chanoines, on croirait pleinement évêques les évêques titulaires. Erreur. Ils ont la plénitude de l'ordre, mais (comme tels) aucune juridiction.

D'où, encore une fois, l'affirmation de Pères Abbo et Hannan :

R.P. Abbo et Hannan, The Sacred canons, t.I, p.354 a écrit:Le terme "episcopus" dérive du grecque et signifie "inspecteur", "superviseur", "préfet", "surintendant". C'est, donc, un nom qui dérive de la charge (nomen operis) de l'évêque, et non pas un titre d'honneur (nomen honoris).

Voilà, donc, que le terme évêque désigne en propre la charge d'inspecteur et de superviseur (i.e. évêques résidentiels, c'est-à-dire ayant une mission pour gouverner un territoire sur lequel il exerce une juridiction épiscopale), et non pas le simple fait d'avoir le sacre épiscopal valide ...

Cela explique plus clairement les paroles du Père Deviviers :

le Père Deviviers S.J., COURS D'APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, p.365-366 a écrit:

Quatrième note : L'Apostolicité

[...]

Pour appartenir à la succession légitime des pasteurs de l'Eglise ou à la hiérarchie de juridiction, il ne suffit pas qu'un évêque ait reçu le pouvoir d'ordre ; il faut encore qu'il possède le pouvoir de juridiction. En d'autres termes, ce n'est pas assez qu'il soit ordonné évêque ; il doit avoir reçu, en outre, la mission de gouverner un diocèse. Cette proposition que nous pourrions déduire des paroles de tous les Pères, condamnant comme schismatiques des évêques assis dans des chaires usurpées, est d'ailleurs assez évidente par elle-même. L'épiscopat est établi pour l'administration de l'Eglise, et l'évêque est chef de l'Eglise. Il faut donc qu'il ait des sujets. Mais on ne se donne pas à soi-même des sujets.
[...]

Quiconque n'a pas reçu juridiction d'après les règles canoniques en vigueur en ce moment, - sauf le droit inprescriptible du souverain Pasteur - en demeure privé ; eût-il reçu le caractère épiscopal, il n'appartient pas à la hiérarchie de juridiction. N'ayant point de siège ni de sujets, il est évident qu'il n'est point chef dans l'Eglise, et qu'il ne se rattache pas à la succession apostolique.
avatar
Carolus.Magnus.Imperator.
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 21/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://charlemagne.forumolympique.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par Raginwvlf le Lun 25 Avr - 13:59

P. Walter Devivier, s.j. - Cours d'apologétique chrétienne ou Exposition raisonnée des fondements de la foi (Tournai, H. & L. Casterman, 1904)

https://archive.org/details/coursdapologti00devi
avatar
Raginwvlf

Messages : 11
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Mer 24 Aoû - 14:45

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:
Ernest Savignac, p.s.s., Manuel d'Apologétique, p.174 a écrit:

Dira-t-on que les chefs du Protestantisme ont reçu de Dieu lui-même la mission de réformer l'Eglise du Christ ? Il ne suffit pas de le dire, il faut le prouver. Jésus-Christ lui-même a cru devoir multiplier les miracles afin de manifester à tous la divinité de sa mission. Les réformateurs auraient dû faire de même. Comme il ne l'ont pas fait, nous sommes en droit de leur appliquer l'argument de saint Cyprien, parlant de l'évêque hérétique Novatien : "Ce Novatien qui dogmatise, n'est ni membre de l'Eglise, ni évêque, parce que, méprisant la tradition évangélique et apostolique, il ne succède à personne et est né de lui-même".

Comment un évêque peut-il ne pas être évêque !?

Tentative de réponse : l'évêque, au sens stricte, est l'évêque résidentiel, c'est-à-dire celui ayant une juridiction sur un territoire et une mission canonique. L'évêque, au sens large, désigne l'individu ayant le sacre épiscopal.

Et donc : nous sommes en droit de leur appliquer l'argument de saint Cyprien, parlant de l'évêque [au sens large] hérétique Novatien : "Ce Novatien qui dogmatise, n'est ni membre de l'Eglise, ni évêque [au sens stricte], parce que, méprisant la tradition évangélique et apostolique, il ne succède à personne et est né de lui-même.


D'où l'affirmation de Jombart :

É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, p.131 a écrit:

Evêques titulaires.  - L'expression pourrait faire illusion. Puisqu'on appelle chanoines titulaires ceux qui sont pleinement chanoines, on croirait pleinement évêques les évêques titulaires. Erreur. Ils ont la plénitude de l'ordre, mais (comme tels) aucune juridiction.

D'où, encore une fois, l'affirmation de Pères Abbo et Hannan :

R.P. Abbo et Hannan, The Sacred canons, t.I, p.354 a écrit:Le terme "episcopus" dérive du grecque et signifie "inspecteur", "superviseur", "préfet", "surintendant". C'est, donc, un nom qui dérive de la charge (nomen operis) de l'évêque, et non pas un titre d'honneur (nomen honoris).

Voilà, donc, que le terme évêque désigne en propre la charge d'inspecteur et de superviseur (i.e. évêques résidentiels, c'est-à-dire ayant une mission pour gouverner un territoire sur lequel il exerce une juridiction épiscopale), et non pas le simple fait d'avoir le sacre épiscopal valide ...

Cela explique plus clairement les paroles du Père Deviviers :

le Père Deviviers S.J., COURS D'APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, p.365-366 a écrit:

Quatrième note : L'Apostolicité

[...]

Pour appartenir à la succession légitime des pasteurs de l'Eglise ou à la hiérarchie de juridiction, il ne suffit pas qu'un évêque ait reçu le pouvoir d'ordre ; il faut encore qu'il possède le pouvoir de juridiction. En d'autres termes, ce n'est pas assez qu'il soit ordonné évêque ; il doit avoir reçu, en outre, la mission de gouverner un diocèse. Cette proposition que nous pourrions déduire des paroles de tous les Pères, condamnant comme schismatiques des évêques assis dans des chaires usurpées, est d'ailleurs assez évidente par elle-même. L'épiscopat est établi pour l'administration de l'Eglise, et l'évêque est chef de l'Eglise. Il faut donc qu'il ait des sujets. Mais on ne se donne pas à soi-même des sujets.
[...]

Quiconque n'a pas reçu juridiction d'après les règles canoniques en vigueur en ce moment, - sauf le droit inprescriptible du souverain Pasteur - en demeure privé ; eût-il reçu le caractère épiscopal, il n'appartient pas à la hiérarchie de juridiction. N'ayant point de siège ni de sujets, il est évident qu'il n'est point chef dans l'Eglise, et qu'il ne se rattache pas à la succession apostolique.


ébauche de conclusion :

Suivant le Concile de Trente,sse 14, cap.2, de reform. ces Evêques in partibus/titulaires ne peuvent point conférer les Ordres, ni meme la première tonsure,
à qui que ce soit, sans le consentement expresse ou Lettres dimissoires de l'Evêque résidentiel ; pas même dans les lieux exempts, ni dans ceux qui ne sont d'aucun Diocèse  !..
  Razz


R.P. Abbo, R.P. Hannan, The Sacred Canons, Vol. I, p.354 a écrit:
Chapitre I

Les évêques

Canons 329-349

[...]

(Can.) 329. § 1. Notion de l'office épiscopal. Les évêques sont les successeurs des apôtres et ils sont préposés par l'institution divine aux églises particulières qu'ils gouvernent avec un pouvoir ordinaire sous l'autorité du Pontife Romain. Cette brève mais complète définition statue la nature, l'origine divine, et le pouvoir des évêques, tout comme leur dépendance au Pontife Romain.Évidemment, de par ses termes, cette définition ne s'applique pas aux évêques titulaires, mais seulement aux évêques résidentiels. Per se, les évêques titulaires ne possèdent aucune juridiction. Leur élévation est exceptionnelle, et en guise de conséquence le Code traite de ceux-ci seulement incidemment.³

[...]

³ Tous les canons de ce chapitre ne concernent que les évêques résidentiels seulement, à moins (comme cela est le cas pour quelques-uns d'entre eux) que les évêques titulaires ne soient expressément mentionnés. Coronata, op. cit. I, no. 392, note 1


Dernière édition par chouan le Lun 19 Juin - 14:53, édité 2 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Mer 5 Avr - 7:14

Adrien CANCE , p.s.s Le Code de Droit Canonique . 
Tome Premier , Commentaire succinct et pratique .
Librairie Lecoffre  J. GABALDA et Cie , Editeurs , Rue Bonaparte , 90 . PARIS .


Titre VIII , Chapitre I :  Les évêques

Page 303 

c) Les  évêques dit titulaires sont ceux qui ne possède aucun pouvoir de juridiction épiscopale,
du moins a titre personnelle ( nomine proprio ) , et n'ont que le pouvoir d'ordre résultant de la consécration épiscopale .    geek


study

Émile JOMBART, S.J . MEMENTO DE DROIT CANONIQUE , A L’usage des Clercs Religieux et des Laïcs
Titre . VIII. p. 49  : Le pouvoir épiscopal et ceux qui y participent . écrit :
 
- On appelle évêques titulaires ceux qui on reçu la consécration épiscopale,mais sans juridiction.


Dernière édition par chouan le Jeu 4 Mai - 13:18, édité 4 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Mer 5 Avr - 8:07

Adrien CANCE , p.s.s Le Code de Droit Canonique . 
Tome Premier , Commentaire succinct et pratique .
Librairie Lecoffre  J. GABALDA et Cie , Editeurs , Rue Bonaparte , 90 . PARIS .


Titre VIII , Chapitre I : Les évêques.

pp. 302,303


b) Les évêques ne succèdent aux Apôtres que collegialiter , en corps ,ils ne jouissent pas de la juridiction illimitée que possédaient les Apôtres sur toutes les églises sous l'autorité de Pierre , et ne reçoivent pas les charismes extraordinaires ,
( don des langues ou des miracles, inspiration ) qui étaient accordés aux Apôtres .

3. Espèces.

b) Si l'on considère les pouvoirs de Juridiction , on distingue, outre le Souverain Pontife et les 
évêques
résidentiels ( diocésain ) , qui seul sont de droit divin, les patriarches , les primats, les archevêques , ou métropolitains , les évêques 
coadjuteurs ou auxiliaires .


Arrow


EXPOSITION DES PRINCIPES DU DROIT CANONIQUE , S.E Le Cardinal GOUSSET, 1859.p.27,écrit :
 
Tant d’exemple d’anathèmes,lancés contre ceux qui attaquant la discipline,prouvent que l’Église a toujours cru qu’elle était étroitement liée aux dogme,
qu’elle ne peut jamais être changé que par la puissance ecclésiastique,à laquelle seule il appartient de juger si ce qui a été observé jusqu’ici est sans
avantage,ou s’il y a nécessité de procurer un plus grand bien.


Dernière édition par chouan le Ven 2 Juin - 15:40, édité 3 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Lun 10 Avr - 10:35

THÉOLOGIE DOGMATIQUE. TOME PREMIER . THEOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET . 1857 

Traité de l'église chapitre VIII -  page 562

Le pouvoir de juridiction n'est pas moins essentiel que le pouvoir d'ordre à l'apostolicité du ministère ,
et l'apostolicité du ministère n'est pas moins essentielle à l'église que l'apostolicité de la doctrine .
L'écriture et la tradition nous représentent le ministère apostolique se perpétuant par la succession 
des évêques , comme une propriété de l'église de Dieu , et comme marque qui la distingue de toutes les société schismatiques.

pages 568
Mais pour continuer la chaine ,qui remonte jusqu'aux apôtres , il ne suffit pas d'avoir le pouvoir d'ordre , il faut de plus le pouvoir de juridiction , il faut avoir été institué évêque d'un siège selon les règles canoniques .
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Jeu 13 Avr - 9:32

Cardinal  Pierre GASPARRI – Catéchisme Catholique 1932
IMPRIMATUR Tornaci , die 16 Junii 1932 J. Lecouvet.  vic. gen.
Les Editions du Cerf , Juvisy ( SEINE-ET-OISE )
 
Chapitre III .  Section III . 
 
Article 2 : La vraie Eglise de Jésus-Christ
 
Page. 161
 
Q . 132 : Quels sont les successeurs légitimes des Apôtres ?
 
R . De par l’institution divine les successeurs légitimes des Apôtres sont les Évêques , placés par le pontife romain à la tête des Eglise particulières que ,sous son autorité, ils gouvernent de pouvoir ordinaire .





study 


le Père Deviviers S.J., COURS D'APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, p.367-368 a écrit:
Les évêques ont les mêmes fonctions et les mêmes pouvoirs qu’avaient les Apôtres.
Il est cependant quelques privilèges spéciaux dont les Apôtres jouirent seuls,en leur qualité de fondateurs de l’Église,et qu’ils ne transmirent pas à leur
successeurs : L’infaillibilité dans l’enseignement de doctrine de Jésus-Christ,le droit de prêcher partout la foi et de gouverner les fidèles,d’ériger par eux-même des évêchés.


Dernière édition par chouan le Jeu 18 Mai - 1:17, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Mer 17 Mai - 13:58

R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. V, col. 578. a écrit
Les effets de la consécration sont :
a) le caractère épiscopale,avec le pouvoir ordinaire d’administrer les sacrements de l’ordre et de la confirmation,ainsi que les sacramentaux réservés par le droit aux évêques.
b) l’union spirituelle, spirituale connubium,entre l’évêque et le diocèse pour lequel il a été consacré

C'est pourquoi Innocent IV , in cap.4,extr,de translat.Episcop. Dit , que le lien spirituel du mariage qui se contracte entre l'évêque et son église,est préparé par l'élection,accordé par la confirmation,& conformé par la consécration.



lol!


Dernière édition par chouan le Lun 19 Juin - 14:49, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Sam 3 Juin - 10:47

DICTIONNAIRE APOLOGETIQUE de la FOI CATHOLIQUE . 1889
J.-B. JAUGEY – Prêtre , Docteur en Théologie . Troisième édition , Augmentée d'un supplément.
Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant,Ch. DE HARLEZ &c..
EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON. Col .1229 , écrit :

Évêque : Etymologiquement , l''évêque est un inspecteur, un surveillant, dans l'Eglise.Théologiquement, c'est un ministre sacré supérieur aux diacres et aux prêtres, revêtu par une consécration sacramentelle de la plénitude du sacerdoce. Canoniquement, c’est un membre de l’Église enseignante et dirigeante,chargé du gouvernement ordinaire d’un diocèse,ou du moins attaché,sous le nom d’évêque titulaire, à un diocèse dont le titre seul a survécu à la ruine de sa cathédrale et de sa chrétienté.


Arrow


DICTIONNAIRE APOLOGETIQUE de la FOI CATHOLIQUE . 1889.
J.-B. JAUGEY – Prêtre , Docteur en Théologie . Troisième édition , Augmentée d'un supplément.
Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant,Ch. DE HARLEZ &c..
EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON. Col .1230 , écrit :


L’Église enseigne encore que,parmi les privilèges de l’épiscopat,il en est un essentiellement incommunicable au simple sacerdoce : des évêques et des prêtres,ceux-ci ne peuvent consacrer ceux-là ni s’ordonner eux-mêmes entre eux.
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Lun 5 Juin - 7:01

Dict. de THÉOLOGIE MORALE 1861. Par l’Abbé B. Philip . Chanoine Titulaire et vicaire général honoraire de PAMIERS et de PERPIGNAN .TOLBA ET HATON , Librairie éditeur .
Bref de N S.P Le Pape Pie IX, le 14 Septembre 1857 . Approbation de Mgr Philippe Gerbet évêque de PERPIGNAN le 6 novembre 1857.
De Mgr Augustin Galtier évêque de PAMIERS le 17 octobre 1857. Lettre de Mgr Claude-Henri Platier évêque de NIMES le 23 décembre 1857.
La Loi.p.356 écrit :


Il est de foi que les hommes baptisés ne sont pas libres de tous les préceptes de l’église,et qu’il n’est pas nécessaire,pour qu’ils soient obligés à les observer,qu’ils s’y soient soumis volontairement.
( St Concile de Trente,sess VII,Can. VIII )




Arrow

DICT. APOLOGÉTIQUE de la FOI CATHOLIQUE . 1889.
J.-B. JAUGEY – Prêtre , Docteur en Théologie . Troisième édition , Augmentée d'un supplément.
Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant, Ch. DE HARLEZ &c..
EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON. Col .2160 , écrit :

J’ai dit que la loi positives ne sont qu’une extension de la loi naturelle.
Elles ne peuvent,en effet,rien prescrire qui lui soit contraire et elle ne sont justes que si elles la complètent.
C’est aussi de la loi naturelle qu’elles tirent leur force obligatoire,car elles doivent être portées par Dieu ou par des législateurs revêtus d’une autorité légitime,or il est dans la nature des choses que les hommes revêtus d’une autorité légitime obligent,c’est donc en vertu de la loi naturelle que les lois positives sont obligatoires
.


PS: les lois positives ( humaines ),si elles variant, les principes pas ...
Car nous devons toujours obéissance a Dieu et à ceux qui ont une autorité légitime dans les choses qu’ils ont le droit de nous prescrire.


Dernière édition par chouan le Lun 19 Juin - 14:48, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Mar 6 Juin - 9:45

Dict. APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.  ( 1911-1931 ) -
Contenant les preuves de la Vérité de la Religion, sous la Direction de A.D’ALES,Professeur a l’institut Catholique de PARIS.
Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques. Précédée d’une Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI, Dal Vaticano, le 10 septembre 1929.Imprimatur Parisiis,11 Januarli 1909, F. Faces,Vic.gen.GABRIEL BEAUCHESNE, ÉDITEUR . A PARIS, RUE de RENNES,117. t.I.col 1283 écrit :


En parlant d’une Apostolicité de succession,nous ne considérons pas la succession dans le pouvoir d’ordre,mais uniquement dans le gouvernement de l’Église.
L’existence ou la validité du pouvoir d’ordre,du sacerdoce,est,en effet,chose essentiellement mystérieuse et invisible.
On ne peut jamais être fixé avec certitude,en pareille matière,que par l’autorité,préalablement reconnue,de l’Église enseignante.
La succession dans le pouvoir d’ordre n’est donc pas un signe extérieur,une marque distinctive, une “ note “ de la véritable Église.
Mais,au contraire,l’Apostolicité de succession dans le gouvernement de l’église possède toutes les conditions requises pour être une “note”aidant à discerner l’Église du Christ.

Ainsi , ont comprend mieux le catéchisme du St Concile de Trente :    Cool

Catéchisme du Concile de Trente,1874, Par M.L’Abbé GAGEY. Aumônier du lycée de Dijon.
Approbation : Mgr François Victor Rivet évêque de Dijon le 9 mais 1854 , Mgr Alexis-Basile-Alexandre Menjaud ,primat de Lorraine évêque de Nancy et de Toul le 11 Septembre 1854,Mgr Louis-Marie-Joseph-Eusèbe Caverot évêque de Saint-Dié, le 22 Septembre 1857. t.I. p.300, écrit :


- De l’auteur et du ministre des Sacrements:
22) Mais bien que Dieu soit l’auteur et le dispensateur des sacrements,ce-pendant il n’a pas voulu qu’ils fussent administrés dans l’Église par les anges,mais par le hommes.
Et la tradition constante des Saints Père enseigne que,pour produire un sacrement,l’office du ministre est aussi indispensable que la matière et la forme
.


Dernière édition par chouan le Lun 19 Juin - 14:43, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Sam 10 Juin - 15:18

Abbés J.M.A Vacant & Eugène Mangenot - Dictionnaire de Théologie catholique, Tome I, (Apostolicité) (Paris, Letouzey et Ané, 1909), col. 1625,a écrit:

2. L'apostolicité, marque distinctive de la véritable Église du Christ. — Il s'agit ici de la succession des pasteurs ou de l'identité de gouvernement. L'identité de doctrine ne serait pas à elle seule une marque suffisante et exclusive. Si une société enseigne une doctrine contraire à celle du Christ et des apôtres, elle est jugée. Mais de ce que la doctrine serait ou semblerait être vraiment apostolique, on ne peut rien conclure. Il en est autrement pour la succession légitime des pasteurs. Avec elle il y a continuité, sans elle, non; avec elle, d'ailleurs, on est sûr, sans autre examen, de la véritable doctrine, car c'est au corps des pasteurs qu'a été confié le dépôt et qu'a été promis le Saint-Esprit pour le garder et le transmettre. On sait les beaux textes d'Irénée et de Tertullien sur ce sujet. Ils ne font que résumer et formuler l'enseignement du Christ et des apôtres. Sans cette succession légitime, pas de mission pour enseigner; pas d'autorité par conséquent; à plus forte raison, pas de garantie divine. Il faut voir avec quel mépris les saints Pères, saint Cyprien notamment, traitent ces hérétiques et ces schismatiques ayant pour toute mission celle qu'ils se sont donnée. C'est ce qui explique les angoisses de Luther pour se trouver une mission; ce qui explique les efforts désespérés des anglicans pour soutenir la validité de leurs ordinations, condition nécessaire, quoique non suffisante, de la succession légitime, et pour soutenir tant bien que mal la continuité malgré le schisme. C'est, en effet, une chose évidente : l'Église étant un corps social hiérarchique, il faut appartenir à ce corps social pour avoir part à l'autorité de sa hiérarchie. Sans succession apostolique, la hiérarchie n'est plus celle que le Christ a instituée : c'est une œuvre humaine; et quand même les sacrements y resteraient, l'autorité n'y serait pas; car le pouvoir d'ordre n'emporte pas de soi le pouvoir de juridiction : celui-ci est attaché à la mission, à la succession légitime. Il ne suffit pas de se réclamer du Christ, ni même d'avoir les sacrements. On est des siens, on est de son église (je parle au for extérieur) quand on obéit aux pasteurs établis par lui, envoyés par lui. C'est donc pour une Église une question capitale que celle de la succession légitime.


Arrow

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE, PAR L'ABBÉ BERGIER. ENRICHIE  DE NOTES EXTRAITES DES PLUS CÉLÈBRES APOLOGISTES DE LA RELIGION . PAR MGR. GOUSSET, Archevêque de Reims AUGMENTÉE D'ARTICLES NOUVEAUX, Par Mgr Jean-Marie Doney,Évêque DE MONTAUBAN,ET PRÉCÉDÉE DU PLAN DE THÉOLOGIE,TOME PREMIER.1870.P.504 :

On distingue deux sortes d'apostolicité immédiatement essentielles , et formant comme deux parties intégrantes de l'apostolicité de l'Eglise ; savoir , celle de la doctrine et celle du ministère. Les hérétiques et les schismatiques qui prétendent avoir conservé tous les dogmes de la foi , conviennent sans peine que l'apostolicité de la doctrine est une qualité essentielle à l'Eglise , et l'un des caractères qui la distinguent des sociétés qui se sont séparées d'elle.
Mais si l'apostolicité de la doctrine est nécessaire à la vraie société des fidèles , celle du ministère ne lui est pas moins essentielle.
L'apostolicité du ministère est l'appui et le garant de l'apostolicité de la doctrine , et l''on ne peut porter atteinte à l'une sans ébranler l'autre.


Dernière édition par chouan le Lun 19 Juin - 14:44, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Dim 18 Juin - 15:32

Catéchisme du Concile de Trente,1874, Par M.L’Abbé GAGEY. Aumônier du lycée de Dijon.
Approbation : Mgr François Victor Rivet évêque de Dijon le 9 mais 1854 , Mgr Alexis-Basile-Alexandre Menjaud ,primat de Lorraine évêque de Nancy et de Toul le 11 Septembre 1854,
Mgr Louis-Marie-Joseph-Eusèbe Caverot évêque de Saint-Dié, le 22 Septembre 1857. t.I. p.214, écrit :



p.216 écrit : Arrow

avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Jeu 22 Juin - 8:31

Abbé Augustin Barruel - Du Pape, et de ses droits religieux à l'occasion du Concordat, Tome II (Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1803), pp. 666-667 a écrit:





https://archive.org/stream/dupapeetdesesdro00barr#page/666/mode/2up

avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Jeu 22 Juin - 12:45

 Abbé Augustin Barruel - Du Pape, et de ses droits religieux à l'occasion du Concordat, Tome II (Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1803), pp.621-622, a écrit

c'est que les évêques sont établis de droit divin; c'est qu'ils tiennent à la constitution essentielle de l'église. Mais ne con fondons pas l'épiscopat avec toute personne revêtue de cette dignité. Il faut essentiellement que l'épiscopat existe dans l'église; et c'est précisément parce qu'il le faut, que le Pape nous donne de nouveaux évêques , quand il ne peut plus nous rendre les anciens. Il faut dans l'église un épiscopat ; mais il n'est pas dit pour cela que Timothée sera essentiellement évêque d'Ephèse, et Tite de Crète, et Denis de Corinthe; ou que Pierre parcourant les églises, ne pourra pas ôter de sa place le flambeau qui ne donne plus de lumière.

https://archive.org/stream/dupapeetdesesdro00barr#page/620/mode/2up

Arrow

DICT. APOLOGÉTIQUE de la FOI CATHOLIQUE . 1889.
J.-B. JAUGEY – Prêtre , Docteur en Théologie . Troisième édition , Augmentée d'un supplément.
Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant, Ch. DE HARLEZ &c..
EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON. Col .1026 , a écrit :


Le Pape est donc très spécialement le gardien et le représentant de l’apostolicité, le seigneur Apostolique,Domnus Apostolicus.


Dernière édition par chouan le Lun 26 Juin - 13:29, édité 2 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Ven 23 Juin - 4:48

Abbé Augustin Barruel - Du Pape, et de ses droits religieux à l'occasion du Concordat, Tome II (Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1803), pp.637-638-639, a écrit

Il fut dit aux apôtres : Allez et prêchez l’Evangile dans tout l'univers. Cette mission est celle de l'apôtre conquérant  il portera le nom de Jésus-Christ d'une nation à l'autre , suivant que l'Esprit-Saint le pressera , l'inspirera et le transportera dans d'autres régions. C'est peu de conquérir, il faudra établir et maintenir le gouvernement de l'Eglise dans les provinces acquises par l'apôtre. C'est pour cela que Timothée est constitué évêque d'Eplièse , c'est pour cela que Tite est évêque dans Crète. L'apôtre conquérant distribue ses conquêtes , et son autorité reste à l'évêque pour le gouvernement delà province qui lui est confiée, il régnera sur les fidèles dans les limites qui lui sont prescrites , il les gouvernera au nom et avec l'autorité qu'il a reçue ou de Paul ou de Jean , dans toute l'étendue de la province qui lui est assignée  et c'est dans ce sens , c'est dans ces limites qu'il sera successeur de l'apôtre et l'héritier de sa puissance. L'apôtre conquérant ne perdra , ni son autorité sur lui , ni son autorité sur la province qu'il a conquise; il partira encore , il fera à l'Eglise de nouvelles conquêtes ; il y établira de nouveaux gouverneurs , de nouveaux évêques , dont la mission aura le même objet, et dont les successeurs hériteront de la même puissance, aussi longtemps que leur, provinces resteront soumises à l'Eglise. Puisqu'il est écrit que l'empire de l'Eglise restera jusqu'à la fin , il faudra aussi jusqu'à la fin des temps qu'il y ait des évêques ou gouverneurs perpétuant dans les diverses provinces de l'Eglise , cette partie de la mission apostolique, dont l'objet a rapport à son gouvernement. Mais la mission du conquérant est morte avec le conquérant lui-même ; elle est morte en ce sens, qu'il ne laisse personne héritier de cette autorité générale qu'il avait conservée sur toute l'étendue de ses conquêtes. Nous ne pouvons donc pas reconnaitre dans vous tous les droits que donnait à l'apôtre cette première mission;vous lui succéderez comme évêque de la province qu'il vous a confiée , et non pas comme apôtre conquérant des empires qu'il a soumis à Jésus- Christ ; votre mission sera celle de tous les jours; la sienne eut essentiellement des droits et des moyens qu'il ne lui fut pas donné de vous transmettre. D'ailleurs , ces conquêtes que l'apôtre a faites, il lésa toutes faites pour Jésus-Christ, et Jésus-Christ les a d'avance toutes données à Pierre pour le gouvernement universel de son Eglise. Il faut que le gouvernement universel se perpétue , comme il faut que l'Eglise soit une ; si le temps offre encore de nouvelles conquêtes à faire , elles entreront encore essentiellement toutes sous l'empire de Pierre ; le successeur de Pierre héritera donc seul de cette autorité universelle établie pour le gouvernement général de l'Eglise , de toutes les provinces; il régnera sur les évêques , comme chaque apôtre régnait sur sa conquête , lui qui régnait sur les apôtres même. Or, qui peut disputer à l'apôtre le droit de maintenir à Jésus-Christ la province qu'il a conquise à Jésus-Christ, le droit de retirer la puissance des mains du gouverneur ou de l'évêque qui ne peut plus conserver sa province au Dieu de de ses conquêtes? Ce que pouvait Saint Paul, dans Crète et dans Ephèse , ce que pouvait chacun des apôtres sur chacun des évêques établis dans ses provinces, Pierre et ses successeurs le pourront dans toutes les provinces de l'Eglise , et sur chacun de leurs évêques. Voilà ce qu'enseignait dans nos écoles Saint Thomas , nous montrant , d un cote , les apôtres régnant chacun sur leurs conquêtes, avec plus de puissance que les évêques même, à qui ils en avoient confié les diverses parties; de l'autre , nous montrant les Papes, seuls revêtus par Jésus- Christ , d'une vraie plénitude de puissance , sur tout ce qui appartient à Jésus-Christ.  


La citation de l'Abbé Barruel vient confirmer que l'épiscopat étant un bénéfice ecclésiastique est une personne juridique ou une personne morale qui est perpétuelle par nature  ...
Et quel est le propre des personnes morales ? Continuer d'exister même sans personnes physiques !
..



Mais pour l’intégrité de la doctrine, peut-on s’arrêter là? Quelques-uns l’ont pensé. D’autres ont jugé devoir pousser ultérieurement leurs recherches, et affirmer que l’Institution canonique conférée par le Pape n’est pas une simple désignation ou ratification de la personne élue, mais qu’elle est une véritable collation de puissance et d’autorité ; en sorte que la juridiction de l’Évêque élu lui arrive du souverain Pontife comme de sa source. En deux mots ils disent ; la juridiction des Évêques découle immédiatement du Pontife Romain.

Montrouzier, H. (S. J.)Revue des sciences ecclésiastiques,Année 1871 page.539



Dernière édition par chouan le Dim 25 Juin - 13:26, édité 4 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Sam 24 Juin - 15:01

Abbé Pierre-Louis Goyhenèche - Cours élémentaire de droit canonique à l'usage des séminaires traitant des personnes, des choses et des jugements (Paris, Haton, 1872), p.29, a écrit:

ARTICLE IV - De la promotion à la cléricature et aux ordres.

La promotion est l'acte du supérieur ecclésiastique qui admet un fidèle au nombre de ses clercs, ou qui fait monter le clerc à un degré d'ordre plus élevé. Il faut pour cela trois choses : 1° le pouvoir nécessaire dans le supérieur ; 2° l'aptitude requise dans le sujet ; 3° la forme voulue par les canons pour conférer l'ordre. Le droit de conférer les ordres appartient à l'ordre épiscopal :  


EXPLICATION HISTORIQUE,DOGMATIQUE,MORALE,LITURGIQUE ET CANONIQUE, DU CATÉCHISME.
PAR L'ABBÉ AMBROISE GUILLOIS.Ouvrage offert a S.S Pie IX,Honoré par elle d'un bref de remercîment et revêtu de l'Approbation de plusieurs Cardinaux, Archevêques et Évêques.
Dixième Édition.PARIS.H,VRAYET DE SURCY,ÉDITEUR, 1864.TOME.I. p.570.  a écrit :


DE L’ENSEIGNEMENT DE L’ÉGLISE :

D.Quels sont ceux qui, dans L’Église,sont chargé d’enseigner les fidèles ? – R. Le Souverain Pontife et les évêques.

EXPLICATION : C’est au souverain pontife qu’il a été dit,dans la personne de Saint Pierre : ( Pais mes agneaux,pais mes brebis ),confirme tes frères dans la foi.
C’est aux évêques qu’il a été dit,dans la personne des apôtres : ( Allez,enseigner ).Le souverain Pontife et les évêques sont donc chargé d’enseigner les fidèles,et il forment ce qu’on appelle l’Eglise enseignante.Les fidèles,qui doivent les écouter et leur obéir,forment ce qu’on appelle l’Eglise enseigné.  
     


Abbé G.-F. Monnier - Le Grand Don de Dieu à la terre, ou Cours complet de Religion comprenant le dogme, la morale, les sacrements et la liturgie, ouvrage servant de développement à l'Atlas catholique (Lyon, Girard et Josserand, 1861), Tome I, p. 421 a écrit:

L'Eglise enseignante se compose du Souverain Pontife et des évêques seuls. Eux seuls, en leur qualité de successeurs des apôtres, sont juges de la foi, maîtres de l'enseignement, revêtus du pouvoir législatif, parce que c'est aux apôtres seuls que Jésus-Christ a dit : Allez, enseignez, Je suis avec vous;... apprenez à observer ce que je vous ai commandé. Quant à l'Eglise enseignée, elle se compose d'abord des prêtres et des autres clercs inférieurs, puis enfin de la généralité des simples fidèles; leur devoir est de soumettre leur intelligence aux décisions de l'Eglise enseignante, et leur volonté à ses lois, conformément à ces paroles du Sauveur, souverain chef et législateur de l'Eglise : Celui qui ne croira pas sera condamné, et si quelqu'un n'écoute pas l'Eglise, qu'il soit pour vous comme un païen et un publicain.
 


Dernière édition par chouan le Dim 9 Juil - 13:56, édité 1 fois
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Sam 8 Juil - 18:28

É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, pp.17-18, a écrit:

II.SOURCES HISTORIQUES DU DROIT CANON

10. Le droit actuel n’a pas été créé instantanément.Il est l’aboutissement d’une histoire presque deux fois millénaire,celle de l’Église.
Dès le début,elle a exercé son pouvoir législatif,comme on le voit au concile de Jérusalem.Non seulement les lois universelles,portées par des Papes ou des conciles œcuméniques,mais bien des lois particulières,fruit surtout des conciles régionaux très fréquents aux premiers siècles,laissèrent des traces importantes dans la discipline canonique qui s’élaborait peu à peu,moins en vertu de plans préconçus que suivant les indications des circonstances.La coutume,alors très puissante,n’a pas eu une moindre influence.Bien des prescriptions et défenses n’ont été consignées dans la loi écrite qu’après être déjà en vigueur à la suite d’un long usage.Il a fallu attendre notre code actuel pour retrouver une loi écrite universelle prescrivant à tous les clercs in sacris la récitation de l’office divin ( C.135 )ou déclarant empêchement dirimant la disparité de culte ( C.1070 ).
 
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par chouan le Dim 9 Juil - 12:30

É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, p.126 a écrit:

TITRE VIII

LE POUVOIR ÉPISCOPAL ET CEUX QUI Y PARTICIPENT.

183. Jésus-Christ a institué deux degrés de Juridiction : Juridiction des évêques,successeurs des apôtres,Juridiction suprême du Pape,successeur de Saint Pierre.


Conséquemment : Arrow


DES CURÉS ET DE LEURS DROITS DANS L'ÉGLISE, D'APRES LES MONUMENTS DE LA TRADITION. 1845
APPROBATION DE MONSEIGNEUR JEAN MARCHETTI, ARCHEVÊQUE D’ANCYRE.
Par M. l'Abbé A. SIONNET - PARIS, LIBRAIRIE CATHOLIQUE DE P.-J. CAMUS, Rue Cassetle, 20 , près Saint-Supplice. p.239,a écrit :


Jésus-Christ, par les mots pasce et pascite, donna la juridiction au Pape et aux évêques, avec la faculté nécessaire à tout bon gouvernement de déléguer. Ils ont la source du pouvoir,et ce qui ne vient pas d'eux est nul.
avatar
chouan

Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À propos des évêques

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum